PEMOU BIOKASSAMBANI Catherine

Source : Prodig
Titre :


Université Paris1 Panthéon Sorbonne

Laboratoire de géographie PRODIG

Tél. professionnel : 00226 70 04 03 44

Courriel : Pemoucaty@gmail.com

Mots clés thèmatiques

  • semences améliorées
  • variétés améliorées
  • marché local de semences
  • petits exploitants agricoles
  • agriculture

Mots clés géographique

  • Burkina Faso
  • Région des Cascades
  • Province de la Comoé
  • Banfora

Thèmes de recherche

Thèse

« De l’introduction des semences de variétés améliorées à la création d’un marché local de ces semences : quels impacts pour les petites exploitations agricoles de la région des cascades au Burkina Faso ? »

- Année d’inscription : Novembre 2018
- Etablissement d’inscription : Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

- Directeur de thèse : Christine RAIMOND

- Co-Direction : DA DACOLA Evariste Constant

- Co-tutelle : Université OUAGA I Pr Joseph Ki-Zerbo

Notre travail de thèse aborde la problématique de la commercialisation des semences au Burkina Faso à travers l’analyse des dynamiques agricole dans la région des Cacades. Il s’agit de replacer ces dynamiques dans l’histoire locale du développement agricole, qui a déjà connu de grands épisodes de diffusion de semences améliorées dans le passé, et d’identifier les enjeux contemporains de cette nouvelle politique dont les destinataires finaux ne sont pas forcément ceux qui la justifie. En effet, c’est au nom de la sécurisation des petites exploitations agricoles que la politique agricole intensive est promulguée, alors que les bénéficiaires principaux sont les acteurs de l’agrobusiness qui ont les capitaux nécessaires pour investir dans les variétés améliorées et l’ensemble du paquet technique qui l’accompagne.
Face aux enjeux financiers que représente cette nouvelle filière très rentable pour les investisseurs et les entreprises semencières, qui cherchent à diversifier les débouchés à l’international et convoitent désormais le marché local, qu’il leur faut créer, quelles sont les marges de manœuvre de l’agriculture familiale pour conserver leur liberté de créer et d’échanger leurs semences ? Cette capacité que les agriculteurs d’Afrique de l’Ouest ont conservée est à la base de la résilience de l’agriculture face aux aléas climatiques et de production et risque d’être mise à mal par les nouvelles réglementations favorables aux entreprises semencières nationales et multinationales. Pour mieux appréhender notre sujet nous avons opté pour une double approche. Cette double approche, inscrite dans l’histoire des projets de développement qui sont intervenus dans la région de Banfora depuis 50 ans et les dernières grandes sécheresses, constitue une entrée pour appréhender les dynamiques rurales à l’œuvre dans une région identifiée, aux échelles nationale et sous-région ale, comme un pôle de développement agricole pour les cultures maraichères et céréalières en contre-saison.

Nous pensons que cette étude apportera un éclairage pertinent et complémentaire sur la gestion de l’agro biodiversité dans la région des Cascades. Elle démontrera l’intérêt d’une approche par la géographie rurale à ces questions pour lesquelles les projections spatiales des réseaux d’échanges, de l’accessibilité par les projets de développement, de la proximité des marchés ruraux et des producteurs semenciers sont souvent sous-estimées.

PEMOU BIOKASSAMBANI Catherine

PEMOU BIOKASSAMBANI Catherine